fbpx
Quelles plantes pour apaiser la gastro-entérite ?

Quelles plantes pour apaiser la gastro-entérite ?

 

Je vous partage dans cet article mes connaissances d’herboriste combinée à ma propre expérience puisque moi et une bonne partie de ma famille avons été touchés par le virus pendant les fêtes de Noël.

Un magnifique cadeau dont nous nous souviendrons longtemps 😄🎄

 

Prendre une plante immunostimulante, une bonne idée ?

 

La gastro-entérite étant le plus souvent provoqué par un virus, vous vous êtes sûrement posé la question : si je prends une plante stimulante pour booster mon système immunitaire au moment de l’épidémie, je suis bien protégée ? non ?

 

Si vous vous ruez sur une plante anti-infectieuse, immunostimulante au moment de l’épidémie, ce ne sera d’aucune utilité. Pourquoi ? car ce virus a une force de « frappe » très rapide et dont on se remet aussi rapidement (sauf dans certains cas de déséquilibre du microbiote, je vous en parle plus loin).

 

Les plantes antivirales et stimulantes de l’immunité prennent au moins 2 à 3 jours pour être au maximum de leur potentiel thérapeutique. Le virus vous aura donc sûrement touché avant que ces plantes ne soient efficaces. Seules celles ayant une activité antispasmodique ou anti-diarrhéique pourront soulager vos symptômes.

 

Par contre, vous pouvez renforcer votre immunité tout au long de l’année, dès le mois de septembre par exemple, pour mieux faire face à ce virus (et à tous les autres).

En effet, il se développe sur un terrain qui lui est favorable : une flore intestinale déséquilibrée ou affaiblie par des prises d’antiobiotiques, le stress et la grande fatigue de la fin de l’année mais aussi une carence marquée en certains minéraux ou vitamines.

 

Alors, que faire ?

 

Pour ne pas être contaminé, les mesures d’hygiène basiques sont les plus efficaces.  

Il faut éviter au maximum les contacts directs avec les personnes porteuses de virus. Bien sûr, quand plusieurs membres de votre famille commencent à être touchés (comme ce fut mon cas), cela devient encore plus difficile car le virus se renforce.

 

On peut aussi diffuser dans l’atmosphère de l’huile essentielle de tea-tree et de ravintsara pour leurs actions anti-virale et anti-bactérienne ou en déposer 2 gouttes au creux du poignet.

Si vous savez que votre flore est déséquilibrée, fragilisée et que le virus est présent dans votre famille, faites une diète légère ou un jeûne partiel pour mettre les intestins au repos.

 

Vous pouvez entamer une cure de charbon végétal même celle-ci ne vous empêchera pas de contracter le virus en cas de forte contamination. Elle peut quand même grandement limiter les symptômes en activant la désintoxication de la lymphe et du sang voire les stopper.

Erreur à ne pas faire : sous-estimer le temps d’incubation parfois bien plus long que les 72h ou ne pas prendre de doses assez fortes. Dans mon cas, j’ai pris du charbon végétal pendant plus de 3 jours à des doses moyennes, j’ai stoppé le 4e jour et suis tombé malade. La posologie est de 1 cuillère à soupe par jour diluée dans l’eau.

 

Attention : le charbon végétal activé inhibe les contraceptifs oraux et l’action de nombreux médicaments. Il faut donc le prendre plusieurs heures après avoir absorbé une autre substance chimique.

 

Dernier point très important : vos pensées. Ressentir de la peur et se sentir « agressé » et terrifié à l’idée d’attraper une gastro ne fera qu’affaiblir encore plus votre système immunitaire. En effet, celui-ci ne fait pas la différence entre un « agresseur » externe comme un virus ou interne comme vos pensées de peur liées à une agression ou contamination. La peur est une fréquence vibratoire très basse. A la place, envoyez des pensées d’amour et d’attention à votre corps pour l’aider à rester en santé.

 

Des plantes pour agir contre l’inflammation

 

Si l’on est tombé malade, les plantes sont là pour nous aider à apaiser les symptômes de l’inflammation de l’estomac et/ou des intestins.

 

Pour stopper des crises de vomissements, on utilise le calendula en tisane. C’est un remède très efficace – si on peut boire – même en très petites quantités pour commencer. On peut aussi prendre quelques gouttes de teinture mère de calendula sous la langue. Le goût n’est pas très bon mais le soulagement est réel et immédiat. On répète toutes les 15 à 20 minutes jusqu’à apaisement.

 

En cas de diarrhées, boire suffisamment d’eau est primordial pour éviter la déshydratation.

Il est important de ne pas prendre des remèdes pour stopper la diarrhée car c’est un mécanisme de défense du corps et d’élimination des toxines du virus. Vomissements et diarrhées nous sont en fait bénéfiques – même si très désagréables – car ce sont des mécanismes protégeant notre organisme contre les virus visant avant tout à nous maintenir en vie. Ne bloquons pas ces systèmes naturels sauf si vous présentez des symptômes de déshydratation avancée.

 

Le charbon végétal activé est une bonne option pour soulager les diarrhées sauf que son ingestion reste difficile quand on a l’estomac retourné.

 

Dès que l’on peut boire, on se tourne vers des infusions de plantes anti-inflammatoires, calmantes, anti-spasmodiques. Je choisis la camomille allemande, l’achillée millefeuille et la feuille de framboisier pour ses vertus calmantes sur les diarrhées. Ces plantes ont bon goût et vont apaiser les crampes intestinales et lutter contre l’inflammation de la paroi des muqueuses. Le framboisier est nourrissant, il va apporter quantité de minéraux pour éviter à l’organisme de s’épuiser.

Oui car la carence de minéraux, on en parle ?

 

Si vous êtes déjà carencé, la diarrhée va renforcer cette carence par la perte d’eau importante.

Et le minéral clé dont j’ai découvert l’importance pendant ma convalescence c’est le magnésium. On connaît peu son importance pour renforcer notre lutte contre les virus et autres intrus mais aussi pour régénérer le tissu des muqueuses intestinales. Etant moi-même carencé, je n’ai pas saisi l’importance de prendre du magnésium pendant cette période. Finalement, après cette « prise de conscience », c’est ce qui m’a permis de stopper toutes douleurs.

 

Comment bien récupérer ? La période de convalescence

 

Si vous avez des douleurs à l’estomac qui ne passent pas ou des crampes quand vous recommencez à manger, tournez-vous vers la guimauve en poudre (racines réduites en poudre) avec une macération à froid, à boire tout au long de la journée accompagnée d’une décoction de racines d’angélique à raison de 4g de racines par tasse d’eau. L’angélique est un tonique digestif qui va aider à ce que tous les organes se rétablissent au mieux.

 

Si des crampes abdominales continuent à vous toucher même après 3 à 4 jours, soyez bienveillants et patients avec votre corps. Celui-ci a été chamboulé et peut prendre du temps pour se remettre. Reposez-vous suffisamment, adoptez une diète légère sans café ni thé composée de carottes cuites, de riz, de pommes cuites, de féculents en évitant les fibres. Continuez la tisane en remplaçant le framboisier ou en ajoutant de la menthe poivrée ou douce.

 

Si vos symptômes de malaise digestif perdurent, il est possible que le virus ait affaibli votre microbiote, déjà peut être mal en point avant cet épisode mais peut aussi avoir hyperstimulé votre système neurosensoriel. (Avant tout, consultez un médecin si des symptômes s’aggravent ou perdurent)

Dans ce cas, entamez une cure de probiotiques accompagnée de plantes adoucissantes comme l’orme rouge ou la guimauve qui soulagent les inflammations et de valériane ou de cataire qui vont apaiser les spasmes tout en calmant le système nerveux. Toujours avec un apport de magnésium suffisant.

Si vous ne connaissez pas cette fabuleuse plante qu’est la cataire, je vous prépare un article très prochainement.

 

Vous voulez en savoir plus sur les plantes et solutions naturelles pour soigner les maux bénins ?

Que faire en cas de mal de gorge ? d’un début d’état grippal ? de maux de tête ? de brûlures superficielles ?

Rejoignez-moi pour l’atelier « Créer sa trousse à pharmacie naturelle » les :

  • Samedi 8 février à Nevers – Cliquez ici pour prendre votre place en ligne
  • Vendredi 27 février à Paris (lieu à confirmer) 

 

Vous voulez en savoir plus pour booster votre immunité ?

Suivez mon actualité sur ma page facebook pour connaître très bientôt la prochaine date de l’atelier « Construire son immunité avec les plantes et l’énergétique » à Paris co-animé avec mon amie Sarmiza Turcu, praticienne reiki et coach professionnel.

Leave comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *.

error: Content is protected !!